Plouf, plouf… Entendez-vous le bruit d’un robinet qui goutte ? Avez-vous des canalisations moins étanches et mal raccordées ? Les fuites d’eau surviennent fréquemment dans votre logement.

Ces signes, et bien d’autres encore, résultent d’un branchement défectueux. Vous vous demandez peut-être si vous avez choisi correctement vos joints d’étanchéité lors des travaux de plomberie.

Maintenant, vous vous posez les questions suivantes :

 

  • Comment choisir les joints d’étanchéité pour un branchement optimal ?
  • Quels critères faut-il prendre en compte lors de ce choix ?
  • Quels types de joints sont recommandés pour garantir la qualité du branchement de vos sanitaires ?

 

À toutes ces questions, et bien d’autres encore, la rédaction du blog SD Débouchage apporte des réponses dans cet article.

 

Joints d’étanchéité : qu’est-ce que c’est ? 

 

Que ce soit en plomberie ou en chauffage, le choix des joints revêt une importance cruciale. En effet, les joints de plomberie ont pour objectif d’assurer un branchement optimal pour vos installations sanitaires. Ils sont spécifiquement utilisés pour raccorder les tuyaux, garantissant ainsi une étanchéité maximale.

 

Quels sont les différents types de joints en plomberie ?

 

Avant d’être déclinés en plusieurs types, les joints d’étanchéité peuvent être regroupés en deux catégories principales : les joints statiques et les joints dynamiques.

En effet, les joints statiques sont conçus pour être comprimés de manière fixe, sans subir le moindre mouvement, afin de maintenir leur étanchéité. 

En revanche, les joints dynamiques nécessitent inévitablement des mouvements pour leur fixation, vérification et réparation. Ils sont couramment utilisés dans des domaines tels que la robinetterie, l’hydraulique et la mécanique. Ci-dessous une liste des joints les plus utilisés en plomberie : 

 

Joint en fibre vulcanisée

 

Ce type de joint est fréquemment utilisé dans l’installation des sanitaires (eau froide et chaude) ainsi que dans le chauffage. Parmi les avantages du joint en fibre vulcanisée, nous pouvons citer :

 

  • Prix économique ;
  • Résistance aux températures jusqu’à 80 °C ;
  • Capacité à supporter une pression de 10 bars.

 

Cependant, le joint en fibre vulcanisée présente quelques inconvénients, notamment la nécessité d’être remplacé au moins une fois tous les trois ans.

Il existe deux formes de ce joint :

 

  • Joints étroits ;
  • Joints larges.

 

Les joints étroits sont souvent utilisés entre les corps et les têtes de robinets, tandis que les joints larges sont destinés aux raccords à serrage mécanique.

 

Joint CSC : Caoutchouc Synthétique Cellulose

 

Si vous recherchez des joints durables pour vos installations sanitaires, le joint CSC peut être vivement recommandé. En effet, les raccordements de cuisine et de salle de bains sont souvent réalisés à l’aide des joints CSC. 

De plus, ce type de joint présente une résistance élevée à la chaleur, pouvant atteindre jusqu’à 180 °C, ce qui le rend particulièrement adapté pour l’alimentation en eau chaude sanitaire.

Au-delà de son utilisation en plomberie, le joint CSC peut également être employé pour l’acheminement des circuits d’air, de fioul et d’huile. Sa résistance à la pression est déterminée à 40 bars.

 

Joint plat en caoutchouc

 

Spécialement conçu pour assurer l’étanchéité entre les raccords en plastique PVC, le joint en caoutchouc ne nécessite pas de serrage à l’aide d’une clé ; il peut être raccordé à la main. Ce type de joint est couramment utilisé pour connecter le tuyau d’évacuation de la machine à laver à la conduite d’eau, ainsi que pour raccorder les siphons aux canalisations.

 

Important

 

Le joint plat en caoutchouc assure l’étanchéité des raccords en PVC, les raccords métalliques demandant un serrage mécanique via une clé, peuvent bel et bien le détériorer. 

 

Joint torique

 

Les joints toriques sont principalement utilisés sur les pièces mobiles de la robinetterie. Si vous constatez une fuite ou une goutte d’eau provenant d’un robinet, il est possible qu’un joint torique défectueux en soit la cause, nécessitant ainsi un remplacement.

Par ailleurs, les joints toriques sont reconnus pour leur flexibilité, étant composés de caoutchouc. Cela peut entraîner des vibrations continues dans votre système de plomberie.

 

Joint clapet

 

Connaissez-vous les robinets à clapets ? Ce type de joint de plomberie peut être utilisé lors de l’installation de ces robinets pour prévenir d’éventuelles fuites d’eau. Bien qu’il assure un branchement optimal, il est sujet à une usure précoce en raison de la fréquence régulière d’ouverture et de fermeture du robinet.

Si vous constatez des fuites au niveau de votre robinet à clapet, vérifiez si elles sont dues à un joint à clapet usé, si c’est le cas, envisagez de le remplacer.

 

Joint CNK

 

Le joint CNK, composé principalement de Kevlar, est facilement reconnaissable par sa couleur bleu clair. Il est réputé pour sa résistance aux hautes températures et aux fortes pressions. 

Ce type de joint est adapté à diverses applications, notamment :

 

  • Eau sanitaire : chaude et froide ;
  • Réseaux de vapeur et de gaz.

 

joint téflon ou PTFE

 

Si vous possédez une chaudière à gaz, vous pourriez déjà être familier avec le sujet. À la différence du joint CNK, reconnaissable par sa couleur bleu clair, le joint en téflon est toujours de couleur blanche.

Cependant, ce type de joint est principalement utilisé pour assurer l’étanchéité des raccords des réseaux de gaz, tels que ceux d’une chaudière, par exemple. Bien que le joint en téflon soit également résistant aux hautes températures, il ne peut en aucun cas surpasser le joint CNK

 

Comment choisir un joint de plomberie ?

 

Il est particulièrement le garant par excellence d’un raccordement réalisé selon les règles de l’art. Les joints d’étanchéité doivent être choisis avec soin pour éviter les dégâts d’eau. À cet effet, plusieurs critères doivent être pris en compte pour réussir ce choix, tels que :

 

  • Le diamètre du raccord auquel le joint sera relié ;
  • La nature d’utilisation du joint de plomberie, qu’il s’agisse d’un réseau de chauffage, de gaz ou d’un réseau hydraulique ;
  • Le type du raccord sur lequel vous allez installer le joint, qu’il soit en plastique PVC ou en métal.